OSPF (Open Shortest Path First) est un protocole de routage intérieur (IRP) c’est à dire intra système autonome (AS). Il utilise une base de données permettant aux routeurs d’avoir une vision complète de la topologie du réseau et de l’état des nœuds d’un système autonome. A quelle catégorie de protocole de routage appartient OSPF ?

[A] Routage à vecteur de distance (distance-vector routing)

[B] Routage à état des liens (link state routing)

[C] Routage à vecteur de chemin (path-vector routing)

[D] Routage statique (static routing)


reponse linkedinCBK4 Q04 LINK


Avec les algorithmes de routage à vecteur de distance, chaque nœud échange des informations de routage avec ses voisins. Ainsi, chaque routeur peut mettre à jour sa table de routage avec les informations reçues des routeurs voisins. C’était la première technique de routage utilisée historiquement dans le réseau ARPAnet, mais elle est devenue très rapidement inadaptée avec l’augmentation drastique du nombre de réseaux. Pour les protocoles de type intérieur (IRP) c’est à dire intra système autonome, on peut citer le protocole RIP (Routing Information Protocol) comme exemple de protocole qui utilise ce type de routage.  Pour les protocoles de type extérieur (ERP) c’est-à-dire inter système autonome, on peut citer le protocole EGP (Exterior Gateway Protocol) qui est l’ancêtre du protocole BGP utilisé actuellement.

Les protocoles à état des liens représentent la 2ème génération des protocoles utilisés sur Internet. Ils utilisent une base de données distribuée, qui garde en mémoire les caractéristiques des liens (état, vitesse…). Ces informations forment une description de la topologie du réseau et de l’état des nœuds ce qui permet de définir un algorithme de routage par un calcul des chemins les plus courts. L’intérêt majeur de ce type d’algorithme réside dans sa vitesse de convergence et dans le faible volume d’information transmis pour permettre la mise à jour des tables de routage de chaque routeur. L’inconvénient est leur complexité de mise en oeuvre avec un temps CPU beaucoup plus important que pour les algorithmes à vecteur de distance. OSPF est un exemple de protocole à état des liens.

La bonne réponse est la proposition [B] Routage à état des liens (link state routing)

L’objectif des algorithmes à vecteur de chemin est de déterminer quel réseau peut être atteint par quel noeud et quels systèmes autonomes il faut traverser. C’est une approche totalement différente des 2 techniques précédentes puisque les vecteurs de chemin ne prennent pas en compte les distances ni les coûts. D’autre part, comme chaque information de routage liste tous les systèmes autonomes qui doivent être traversés pour arriver au routeur destinataire, les protocoles à vecteur de chemin sont essentiellement des protocoles de type extérieur (ERP). Le protocole BGP (Border Gateway Protocol) est un exemple de ce type de protocole.

Enfin dans un routage statique, les tables de routage ne sont modifiées que par les administrateurs. Il n’y a donc aucun protocole de mise à jour des tables de routage. Ce type de routage n’est applicable que dans les très petits réseaux comme par exemple le LAN d’un entreprise.


Question et réponse rédigées par VERISAFE selon le programme officiel du CISSP (mai 2021)
© VERISAFE – Utilisation ou reproduction (même partielle) strictement interdite sans l’accord écrit de VERISAFE